Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

AFRIQUE : BILAN DE L’ÉPIDÉMIE DU COVID-19 AU 08 AOUT 2020

Maiduguri Hospital in Nigeria – Source : Alyona Synenko/ICRC

En date du 8 aout 2020, la COVID-19 a contaminé plus de 19 456 496 personnes et fait plus de 722 937 morts sur les cinq continents selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Université John Hopkins.

En Afrique, la pandémie s’accélère

Le continent africain, épargné au début, est de plus en plus touché. On y dénombre 1 012 793 cas de contaminations confirmés dans plus de 50 pays et 22 102 décès.

Alors qu’il a fallu quatre mois (120 jours) pour atteindre la barre des
400 000 cas confirmés de contamination, 30 jours du mois de juillet ont suffi pour franchir le cap de 950 000 cas et rien n’indique que le pic de la pandémie est atteint.  

De plus, en raison de ressources limitées notamment en équipement de test, il y aurait lieu de penser que ces statistiques sous-estiment les cas réels de contamination.

Enfin, l’OMS a prévenu que le nouveau coronavirus va « accompagner le continent pendant un certain temps » à l’heure où les gouvernements ont commencé à assouplir leurs mesures de confinement.

AFRIQUE SUBSAHARIENNE: LA PLUS FORTE CONTRACTION ÉCONOMIQUE DEPUIS LES ANNÉES 70 EN RAISON DE LA COVID-19

Source : finance-investissement.com

Dans ses Perspectives économiques régionales de juin 2020, le Fonds monétaire international prévoit une contraction économique de 3,2 % en 2020 pour l’Afrique subsaharienne, après une croissance du PIB réel de 3,1 % en 2019.

Le niveau de vie de la population (PIB par habitant) devrait connaître une baisse plus marquée de 5,4 %, avec un retour au niveau de 2010 et des millions de personnes risquent de retomber dans l’extrême pauvreté.

Au 1er juillet 2020, on dénombre 308 880 cas de contaminations à la COVID-19 dont 6000 décès en Afrique subsaharienne.

Au-delà du bilan sanitaire, la pandémie a causé une crise économique majeure dans la région. L’Afrique subsaharienne fait face aux effets économiques de la pandémie chez ses principaux partenaires commerciaux, à la  perturbation des voyages internationaux et des chaînes d’approvisionnement, et à l’effondrement des prix du pétrole et des métaux industriels. Ces chocs négatifs ont exacerbé l’aversion des investisseurs pour le risque et entraîné des sorties de capitaux sans précédent.

Les pays riches en ressources et en tourisme seront les plus touchés

Le choc sera plus important chez les économies moins diversifiées sous l’effet de la baisse des cours des produits de base (Congo, Guinée équatoriale, Afrique du Sud). Par ailleurs les pays qui dépendent du tourisme comme les Seychelles, Maurice, Zimbabwe, Botswana, Namibie et Sao-Tomé-Et-Principe devraient connaître une forte contraction en raison de nombreuses restrictions des déplacements des voyageurs.

Les sous régions seront affectées différemment par la COVID-19

AFRIQUE : BILAN DE L’ÉPIDÉMIE DU COVID-19 AU 09 JUIN 2020

Source : Jeune Afrique

Le COVID-19 a contaminé à date plus de 7 185 573 personnes et fait plus de 408 954 morts sur les cinq continents selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Université John Hopkins.

Le continent africain, épargné au début, est de plus en plus touché. On y dénombre plus de 201 643 cas de contaminations confirmés dans plus de 50 pays et plus de 5 515 décès.

En Afrique, en raison de ressources limitées notamment en équipement de test, il y aurait lieu de penser que ces statistiques sous-estiment les cas réels de contamination.