Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

AFRIQUE DU SUD : UNE SECONDE RÉCESSION EN DEUX ANS

Source : Investissements.Lesechos.fr

Selon le Bureau national des statistiques en du Sud, l’économie a replongé dans une deuxième récession en deux ans. Elle s’est contractée de 1,4 % au 4ème trimestre de 2019, après un repli de 0,8 % au trimestre précédent.

L’Afrique du Sud avait enregistré sa première récession post-1994 lors de la crise mondiale de 2008. Une récession économique étant définie comme deux trimestres consécutifs de recul de l’activité économique.

Pour l’ensemble de l’année 2019, l’économie a progressé de 0,2 %, après 0,8 % en 2018. Il s’agit de la plus faible enregistrée en Afrique du Sud depuis la crise financière mondiale de 2008.

Depuis quelques années, l’économie sud-africaine est confrontée à une détérioration des finances publiques, à un taux de chômage de près de 30 % et à des pannes d’électricité à répétition qui minent la confiance des investisseurs.

Sept industries sur dix se sont contractées

L’agriculture (-7,6 %), affectée par une sécheresse, les transports (-7,2 %), la construction (-5,9 %), l’électricité (-4,0 %) et le commerce (-3,8 %) ont été les plus touchés.

Seuls, trois secteurs ont enregistré une hausse de l’activité. Il s’agit des services financiers (+2,7 %), des mines (+1,8 %) et des services personnels (+0,7 %).

Une détérioration de la conjoncture mondiale

La récession en Afrique du Sud arrive au mauvais moment alors que l’économie mondiale est menacée par l’épidémie du coronavirus (COVID-19) et que l’invasion des criquets pèlerins et les catastrophes naturelles freinent l’activité économique en Afrique.

AFRIQUE : « LES ÉLITES AFRICAINES S’ACCAPARENT-T-ELLES DE L’AIDE ÉTRANGÈRE? »

Source : Transparency.org

Une étude la Banque mondiale intitulée : « Elite Capture of Foreign Aid, Evidence from Offshore Bank Accounts », publié le 18 février 2020 montre que dans 22 pays les plus dépendants de l’aide internationale dont 18 en , « l’aide financière est accaparée par les élites pour se retrouver dans des paradis fiscaux ». Les auteurs ajoutent que dans certains pays africains jusqu’à 15 % de l’aide financière de la Banque mondiale est détournée par les politiques au pouvoir, les bureaucrates et leurs acolytes.

L’étude accorde une attention particulière à 22 des pays ayant reçu entre 1990 et 2010 des versements annuels de la Banque mondiale de 2 % de leur PIB ou plus. Elle compare les chiffres de la Banque mondiale avec ceux des versements à l’étranger compilés par la Banque des règlements internationaux (BRI), considérée comme la banque centrale des banques centrales.

Une aide au développement détournée vers les paradis fiscaux

L’étude de la Banque mondiale montre pour la première fois, une estimation chiffrée de la part de l’aide fournie par une institution financière qui est détournée dans les paradis fiscaux. Elle montre que les versements d’aide au développement de la Banque mondiale coïncident avec une forte augmentation de transferts vers les centres financiers off-shore connus pour leur opacité fiscale.

Selon la Banque mondiale, ces sommes détournées par les élites pourraient représenter en moyenne 7,5 % des aides versées.  Cette proportion pourrait atteindre 15 % de l’aide dans certains pays africains.

Les transferts vers les paradis fiscaux représentent des montants parfois importants dans les cas de certains pays comme le (193 millions de dollars), le    (149 M$), la (145 M$), la (117 M$), la (103 M$), la       (76 M$), l’ (73 M$), l’Éthiopie (64 M$) et le (40 M$).

Impossible d’estimer les détournements en biens immobiliers et de luxe

Les auteurs de l’étude considèrent que leurs chiffres représentent une estimation a minima car l’étude ne prend en compte que les transferts vers des comptes off-shore, sans intégrer les possibles dépenses en immobilier ou en biens de luxe.