Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

RWANDA : UNE ACCÉLÉRATION INQUIÉTANTE DE LA DETTE PUBLIQUE

La dette publique rwandaise est en forte accélération depuis quelques années et  son poids comparativement  au Produit intérieur brut (PIB) ne cesse d’augmenter alors que la pandémie de la COVID-19 a entrainé une forte dégradation des comptes publics.

Un endettement déjà lourd avant la pandémie

Le ratio de la dette par rapport à la taille de l’économie (PIB) devrait s’établir à 69,4 %, en 2021, un sommet depuis plus de 18 ans, après 61,6 % en 2020 et 18,6 % en 2011.  La forte hausse du fardeau de la dette rwandaise s’explique principalement par le creusement des déficits budgétaires, la hausse des charges d’intérêt, la dépréciation du franc rwandais et l’effondrement de l’économie durant la pandémie de la COVID-19.

Selon les agences de notation du crédit, cette accélération de l’endettement  et le creusement du déficit budgétaire pèseront sur l’évaluation de la solidité financière du pays.

Un retour à la période d’avant l’annulation massive de la dette en 2005

En 2005 et 2006, le Rwanda a bénéficié d’une annulation importante de la dette publique dans le cadre de l’Initiative renforcée des pays pauvres très endettés (PPTE) et de l’Initiative d’allègement de la dette multilatérale (IADM). La dette publique était passée de 92,1 % en 2004 à 67 % en 2005, à 22,4 % en 2006 et à 18,4 % en 2009.

Une économie plombée par la COVID-19 et les mesures d’endiguement strictes

Selon l’Institut National de la Statistique du Rwanda, l’économie rwandaise s’est contractée de 3,4 % en 2020, plombée par la pandémie de la COVID-19 et les mesures d’endiguement strictes prises par les autorités pour ralentir la propagation du virus. En effet, ces mesures  ont entraîné une chute de l’activité économique particulièrement au second trimestre de 2020 avec un plongeon de 12,4 %.

Comments are closed.

Post Navigation