Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

Tag Archives: Seychelles

L’INDICE DU DÉVELOPPEMENT HUMAIN RESTE FAIBLE EN AFRIQUE MALGRÉ UNE DÉCENNIE DE CROISSANCE

IDH_avril2017

source: webguinee.net

Dans son rapport sur le développement humain, le programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), nous apprend que d’impressionnants progrès ont été réalisés dans le domaine du développement humain au cours des dernières années mais  que le monde se trouve confronté à plusieurs défis notamment les privations, les inégalités et l’extrémisme violent qui ont une incidence négative sur le bien-être des générations présentes et futures.

L’indice du développement humain de la majorité des pays africains reste faible  

L’Indice de développement humain (IDH) est un indice composite regroupant trois dimensions fondamentales du développement humain : l’espérance de vie à la naissance qui exprime la capacité à vivre longtemps et en bonne santé, la durée moyenne de scolarisation qui exprime la capacité à acquérir des connaissances ainsi que le revenu national brut par habitant traduisant la capacité à avoir un niveau de vie décent. L’IDH a une limite supérieure de 1,0.

Sur le africain, seulement cinq pays se classent parmi les pays ayant un niveau de développement humain élevé. Il s’agit des (63e mondial), (64e  rang), Algérie (83e  rang), (97e) et de la (102e).

Dans la catégorie des pays ayant un niveau moyen de développement humain, on dénombre treize pays africains : le (108e), le Gabon (109e), l’Égypte (111e), l’ du Sud (119e), le (122e), le (123e), la (125e ), le (135e), la Guinée Équatoriale (135e), le (139e), la (139e), Sao Tomé & Principe (142e) et le (146e).

Parmi les 41 pays classés dans la catégorie ayant un faible niveau de développement humain, 36 se situent en Afrique subsaharienne dont les dix derniers : la (188e), le (187e), le (186e), le (185e), le (184e), la Guinée (183e), le du Sud (181e), le (181e), la (179e) et l’Érythrée (179e).

Les statistiques de l’IDH en Afrique montrent que la dernière décennie de n’a pas permis de combler l’écart par rapport aux autres régions du monde. Par ailleurs, dans certains pays les inégalités se sont aggravées.

Le rapport sur le développement humain souligne que ce sont les groupes pauvres, marginalisés et vulnérables qui sont laissés le plus loin derrière.

Pour réaliser un véritable rattrapage en matière de développement humain, il faudra améliorer la et mettre l’accent sur la satisfaction des besoins fondamentaux de la population en Afrique.

IDH_avril2017v1

IDH_avril2017v2

GOUVERNANCE EN AFRIQUE : LA SÉCURITÉ ET L’ÉTAT DE DROIT RECULENT, LA CORRUPTION ET LA BUREAUCRATIE PROGRESSENT

mo-ibrahim-oct2016

La Fondation Mo Ibrahim, dans sa nouvelle publication de l’indice sur la portant sur 54 pays africains à partir de 95 indicateurs, attire l’attention des pays quant au recul de l’indicateur «sécurité et État de droit» ainsi qu’à l’évolution inquiétante de l’indicateur «corruption et bureaucratie».

Une amélioration de la gouvernance globale sur une décennie 

Au cours de la dernière décennie, la Fondation a constaté une amélioration de la gouvernance globale dans 37 pays regroupant 70 % de la population. La Côte d’Ivoire (+13,1 points), le (+9,7 points) et le (+9,7 points) ont enregistré les plus fortes progressions. Toutefois, 16 pays ont enregistré une dégradation de leur gouvernance globale dont le (-7,6 points).

En 2015, (79,9 points), le (73,0 points), le (73,7 points), les (72,6 points) et la (69,8 points) arrivent en tête du classement.

Un sombre constat en matière de sécurité et État de droit

Sur le , la Fondation a observé une détérioration en matière de sécurité et État de droit au cours de la décennie.

mo-ibrahim-indicateurs-2016

La corruption et la bureaucratie progressent

La Fondation déplore par ailleurs une évolution inquiétante de l’indicateur de corruption et bureaucratie. Trente-trois pays ont enregistré une dégradation de cet indicateur au cours de la décennie.

Soulignons que la dégradation de cet indicateur, attribuable principalement à  la faiblesse des institutions de gouvernance, compromet la prospérité inclusive en .

Le prix en leadership d’excellence en Afrique décerné à 4 chefs d’État seulement  sur une décennie.

Le prix en leadership d’excellence en Afrique est ouvert aux chefs d’État démocratiquement élus qui ont terminé leur mandat au cours des trois dernières années. L’absence de gagnant pour ce prix à plusieurs reprises témoigne du défi colossal auquel fait face le continent en matière de gouvernance et de l’urgence de se doter d’institutions durables.

ÉVOLUTION DES INDICATEURS DE GOUVERNANCE DE L’INDICE MO IBRAHIM

moibrahim2006-2015-oct2016

Source : Fondation Mo Ibrahim.