Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

Tag Archives: Kenya

AFRIQUE : LENTE AMÉLIORATION DE LA GOUVERNANCE ET RECUL DE LA SÉCURITÉ ET ÉTAT DE DROIT

Source : jeunesseafricaine.blogspot.com

L’indice de la fondation Mo Ibrahim classe les 54 pays africains en fonction de 100 indicateurs regroupés en quatre principales catégories : sécurité et État de droit, participation et droits de l’homme, développement économique durable et développement humain.

Le rapport de 2018, portant sur les 10 dernières années, fait état d’une très faible amélioration de la globale, d’une stagnation du développement économique durable et d’un recul de l’indicateur de sécurité et État de droit.

L’indice de la gouvernance globale a connu une amélioration d’un point seulement sur une décennie, passant de 48,9 à 49,9. Le sous-indice du développement économique durable a stagné (+0,1 point) alors que celui de la sécurité et État de droit a reculé (-2,5 points).  Le sous-indice du développement humain a gagné 3,5 points, suivi de celui de la participation et droits humains (+2,9 points).

Une  forte économique qui n’améliore pas le développement économique durable pour les citoyens

Selon la fondation Mo Ibrahim, la forte croissance économique de la dernière décennie en n’a pas permis de répondre aux besoins fondamentaux de la population africaine. Alors que le produit intérieur brut  du a enregistré une croissance de 39,7 % en dix ans et que la population africaine s’est accrue de 26 %, le développement économique durable pour les citoyens a stagné avec une croissance de 0,2 %.

La qualité de l’enseignement et de  l’emploi ne répondent pas aux attentes des jeunes qui représentent plus de 60 % de la population. Les résultats des indicateurs de l’éducation se sont dégradés pour la moitié des pays africains au cours des cinq dernières années. L’indicateur Harmonisation du système éducatif avec les besoins du marché du travail a reculé de 0,8 point sur la même période.

Des progrès dans la gouvernance de certains pays

Les pays africains affichent un bilan contrasté en matière de gouvernance et les progrès réalisés dans l’ensemble sont tirés par un petit nombre de pays.

Selon l’indice de la gouvernance globale, les cinq pays les plus performants sont l’Île (avec un score de 79,5 en 2017), suivie des (73,2 %), du (71,1 %), de la (68,6 %) et du (68,5 %).

Sur la période 2008-2017, les pays ayant réalisé les plus fortes progressions de la  gouvernance globale sont la Côte-d’Ivoire (+12,7 points), le (+10,8 points), le (+7,3 points), la (+6,9 points) et le (+6,1 points).

Des perspectives moins favorables

La lenteur de l’amélioration de la gouvernance au cours des dix dernières années alors que la conjoncture économique était favorable soulève des inquiétudes quant à ce qui va se passer au cours des prochaines années lorsque l’économie africaine va ralentir.

Les mauvaises performances des gouvernements africains en matière de création d’emplois inquiètent alors qu’on s’attend à une croissance de 27,9 % de la population en âge de travailler (15-64 ans) au cours des dix prochaines années.

KENYA : LA PAIX DES BRAVES RENFORCE LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE

Source : beninwebtv.com

Le bureau national des statistiques du a annoncé que la de l’économie kényane s’est accélérée au deuxième trimestre de 2018, soutenue par une amélioration de la confiance des entreprises et des ménages ainsi que des conditions météorologiques favorables pour le secteur agricole et l’hydroélectricité.

La croissance de l’économie kényane a poursuivi son accélération pour s’établir à      6,3 % au deuxième trimestre, comparativement à une progression de 5,7 % au trimestre précédent et à une hausse de 4,7 % au second trimestre de 2017.

Les trois premiers trimestres de l’année 2017 ont été difficiles pour l’économie kényane qui semblait avoir atteint un plateau de croissance à 4,7 %, plombée par la sécheresse et la crise politique à la suite des élections présidentielles.

Rebond des secteurs agricole, industriel, gouvernemental et hydroélectrique

Les principaux secteurs contributeurs à cette croissance ont été principalement le secteur agricole et celui de l’hydroélectricité qui ont bénéficié des conditions météorologiques favorables. La production du secteur agricole (plus de 30 % de l’économie) a augmenté de 5,6 % au second trimestre comparativement à une hausse de 5,2 % au premier trimestre. Le secteur de l’eau et de l’électricité a enregistré une hausse de 8,6 % au second trimestre, après 5,1 % au cours des trois premiers mois.

D’autres secteurs ont contribué positivement à cette croissance principalement le transport (7,8 %), le commerce (7,7 %), le gouvernement (5,8 %) et l’industrie (3,1 %). Toutefois, la croissance dans les mines (3,5 %) et la construction (6,1 %) a ralenti.

La paix des braves  inspire confiance aux investisseurs et aux consommateurs

En mars 2018, le président Uhuru Kenyatta a signé la paix des braves avec l’opposant politique Raila Odinga, soulignant dans un discours qu’il « était temps de travailler ensemble pour créer la richesse et la prospérité pour le peuple kényan ». Les deux politiciens se sont engagés à travailler ensemble pour le développement du pays afin d’unir les kényans.

La signature de la paix des braves a favorisé l’accélération de la croissance économique en raison du renforcement de la confiance des investisseurs et des consommateurs et de la reprise du tourisme.

L’initiative des autorités kényanes de faire la paix en faveur d’un environnement macro-économique stable et d’une cohésion sociale  afin d’améliorer le niveau de vie de la population devrait servir de modèle aux  dirigeants africains qui font face à des conflits politiques intérieurs pouvant nuire à la prospérité économique et au capital social.