Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

Perspectives économiques

Egypte     Égypte

  • L’Égypte, deuxième plus grande économie du africain, dispose de plusieurs atouts notamment son poids démographique (86 millions d’habitants), sa position stratégique (carrefour de 3 continents et de 2 mers avec le canal de Suez) et une économie diversifiée axée sur le tourisme, les hydrocarbures et les services commerciaux.
  • Les bons résultats des réformes économiques engagées en 2004 ont été freinés en 2011 par la transition politique et le soulèvement de la population. Toutefois, le retour à une plus grande stabilité #économique et politique contribue à restaurer la confiance des investisseurs.
  • La économique en 2014 a progressé de 2,2 % contre 2,1 % en 2013 et 2,2 en 2012, plombée par l’incidence négative des troubles sociaux sur le tourisme et les investissements.
  • L’inflation moyenne a progressé en 2014 à 10,1 % contre 6,9 % en 2013.
  • Le solde extérieur est resté négatif en 2014 à -0,8 % du PIB contre -2,3 % en 2013 en raison de l’incidence de l’incertitude politique sur la confiance des investisseurs et des marchés.
  • Le solde budgétaire s’est resté déficitaire en 2014 à -13,6 % du PIB contre -14,0 % en 2013 à la suite de la politique budgétaire expansionniste (augmentation des salaires du secteur public, de l’aide sociale et des subventions) visant à répondre à certaines revendications populaires.
  • La dette publique a poursuivi son ascension passant de 89,0 % du PIB en 2013 à 90,5 % en 2014 en raison des déficits budgétaires enregistrés depuis 2011.
  • Les perspectives économiques pour 2015 restent très optimistes, à la suite des réformes et des investissements pour l’expansion du canal de Suez. L’économie va renouer avec une croissance de 4 %, tirée par le secteur manufacturier.
    • L’inflation devrait se stabiliser à 10,3 %.
    • Le solde extérieur devrait se détériorer à -3,3 %.
    • Le déficit budgétaire devrait rester négatif à 11,8 % du PIB.

Risques

  • L’économie égyptienne est très dépendante de la conjoncture mondiale et principalement européenne ainsi que de la stabilité politique.
    • La poursuite de la morosité en Europe et la détérioration de la situation politique égyptienne constituent le principal risque de la croissance économique.

EgyptePersEcono2015

Indicateurs économiques

(niveau, variation et en pourcentage du PIB)

Unités 2012 2013 2014 2015P
PIB nominal Mds USD 262,3 271,4 286,4
PIB réel % croissance 2,2 2,1 2,2 4,0
Épargne % du PIB 12,5 11,8 13,2 11,3
Investissement % du PIB 16,4 14,2 14,1 14,6
Exportations (B+S) % du PIB 25,8 24,8 24,1 17,6
Importations (B+S) % du PIB 26,1 24,7 25,8 24,7
Solde extérieur % du PIB -3,8 -2,3 -0,8 -3,3
Dette extérieure % du PIB 13,1 15,9 16,1 14,6
Recettes publiques % du PIB 22,1 23,0 24,9 23,4
Dépenses publiques % du PIB 32,7 37,1 38,6 35,2
Solde (aide exclue) % du PIB -10,5 -14,0 -13,6 -11,8
Dette publique % du PIB 78,9 89,0 90,5 90,5
IDE net % du PIB 2,2 1,5 1,6 1,7
IPC (moyen annuel) % croissance 8,6 6,9 10,1 10,3
Population M habitants 82,4 84,7 86,7 88,4
PIB par habitant $ US 3 182,7 3 204,5 3 303,7
PIB par habitant $ US PPA 10 655,6 10 741,7 10 877,2 11 193,5

Sources :           Fonds monétaire international.

Laisser un commentaire