Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

Perspectives économiques

Algerie     Algérie

•         L’Algérie, économie dépendante des hydrocarbures qui représentent 37 % du PIB, 97 % des exportations et plus de 60 % des recettes fiscales, dispose de réserves de change importants de plus de 180 milliards de dollars, soit l’équivalent de 3 années d’importations. 

•         Cette solidité financière explique son implication à l’emprunt lancé par le FMI en 2012 à hauteurs de 5 milliards de dollars et sous forme d’achat de titre libellés en droits de tirage spéciaux.

 

•          La économique en 2012 a connu une accélération à 3,3 % contre 2,8 % en 2011 stimulée par le secteur des hydrocarbures et les dépenses publiques.

 

•         L’inflation moyenne a accéléré fortement en 2012 à 8,9 % contre 4,5 % en 2011 sous l’effet des hausses de salaires et de l’augmentation des prix des produits alimentaires.

 

•         Le solde extérieur s’est détérioré en 2012 mais la situation reste confortable avec un excédent qui s’élève à 5,9 % du PIB contre 8,9 % en 2011 en raison de l’élargissement du déficit commercial lié au recul des exportations des hydrocarbures.

 

•         Le déficit budgétaire s’est détérioré en 2012 passant de -1,2 % du PIB en 2011 à -5,1 % en raison d’une forte augmentation des dépenses de fonctionnement pour répondre aux revendications sociales en matières de pouvoir d’achat, d’emplois et de logements.

 

•         Les perspectives économiques pour 2013 restent favorables avec une croissance économique en légère baisse à 2,7 %.

—    L’inflation devrait fléchir à 5,0 %, les effets de la stimulation de la demande commençant à s’estomper.

—    Le solde extérieur devrait poursuivre sa dégradation en 2013 résultant de la baisse des recettes d’exportations alors que les importations augmentent.

—    Le déficit budgétaire devrait s’améliorer à – 2,1 % du PIB en raison de la stabilisation des dépenses et de la hausse des recettes.

Risques

•         L’économie algérienne est très dépendante des hydrocarbures et de l’Europe pour son commerce extérieur.

—    Le ralentissement économique en Europe et la baisse prolongée des cours du pétrole constituent le principal risque de la croissance économique algérienne.

AlgeriePersEcono

Indicateurs économiques

(niveau, variation et en pourcentage du PIB)

Unités 2010 2011 2012 2013P
PIB nominal Mds USD 161,7 198,8 204,3 209,4
PIB réel % croissance 3,6 2,8 3,3 2,7
Épargne % du PIB 49,2 46,1 47,9 45,2
Investissement % du PIB 41,6 37,1 42,1 43,3
Exportations (B+S) % du PIB 38,4 38,7 37,2 33,3
Importations (B+S) % du PIB 31,4 28,7 27,7 28,7
Solde extérieur % du PIB 7,5 9,9 5,9 0,4
Dette extérieure % du PIB 3,5 2,2 1,9 1,5
Recettes publiques % du PIB 36,5 39,9 39,5 37,6
Dépenses publiques % du PIB 36,9 40,4 44,6 39,4
Solde (aide exclue) % du PIB -1,8 -1,2 -4,1 -1,8
Dette publique % du PIB 12,1 11,1 10,5 10,8
IPC (fin de période) % croissance 2,7 5,2 9,0 8,2
IPC (moyen annuel) % croissance 3,9 4,5 8,9 3,3
Population M habitants 35,3 35,9 36,7 37,5
PIB par habitant $ US 4 496,7 5 413,5 5 582,8 5 668,4
PIB par habitant $ US PPA 6 889,9 7 061,8 7 267,9 7 480,4

Source : Fonds monétaire international.

 

Laisser un commentaire