Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

Perspectives économiques

Cote_d'Ivoire     Côte d’Ivoire

  • L’embellie de la économique, amorcée en 2012 avec un taux de 10,7 %, s’est poursuivie avec un taux de 8,6 % en 2015 après 7,9 % en 2014 et 8,7 % en 2013.
  • Le retour à une certaine stabilité politique ainsi que le soutien financier apporté par les partenaires internationaux expliquent en partie ces performances. Le dynamisme de l’activité économique a été observé dans la plupart des secteurs de cette économie, l’une des plus diversifiée de la région.
  • Du côté de l’offre, la hausse de l’activité dans les secteurs primaire (qui représente 28 % du PIB) et tertiaire (47 % du PIB) a soutenu cette forte croissance.
  • Du côté de la demande intérieure, la croissance a été tirée par les investissements dans les infrastructures (reconstruction des infrastructures) et la consommation (hausse de revenus et regain de confiance).
    • La hausse du niveau de vie (PIB / habitant) de 35 % entre 2011 et 2015a dynamisé la consommation des ménages.
  • L’inflation est restée contenue à 1,2 % en 2015 après 0,4 % en 2014 et contre 2,6 % en 2013, en dessous de la limite de 3 % fixée par la communauté.
  • Le solde extérieur s’est détérioré pour atteindre -1,7 % du PIB à la suite du dynamisme des importations contre un déficit de -0,7 % du PIB en 2014.
  • Le solde budgétaire s’est creusé en 2015 à la suite du ralentissement des recettes à 17,5 % % du PIB contre 18,6 % en 2013 et de la sous-exécution des dépenses d’investissement.
  • La dette publique a poursuivi sa trajectoire baissière pour atteindre 34,7 % du PIB après 46,6 % en 2014.
  • Les perspectives économiques pour 2016 restent favorables, la croissance économique devrait rester stable à 8,5 % grâce à la hausse des investissements publics et privés, à l’amélioration du climat des affaires qui va renforcer la confiance des investisseurs.
    • L’inflation devrait progresser à 2,1% tout en restant maîtrisée en dessus de la norme communautaire
      de 3 %.
    • Le déficit budgétaire devrait se stabiliser autour de -5 % du PIB du fait de l’augmentation des dépenses publiques dans les infrastructures.
    • Le solde extérieur devrait se détériorer à la suite du recul des exportations et de la détérioration des termes de l’échange.

Risques

  • Une détérioration de la conjoncture économique mondiale pourrait rapidement provoquer un repli de flux des investissements directs étrangers.
  • Par ailleurs, le recul des cours des matières premières notamment le cacao et le pétrole pourrait freiner la croissance économique.

cotedivoire

Indicateurs économiques (niveau, variation et en pourcentage du PIB)

cote-divoire_tab

 

Laisser un commentaire