Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

Perspectives économiques

Zimbabwe     Zimbabwe

Le , tributaire de ses ressources naturelles a connu des difficultés qui ont entravé la pratique des affaires notamment l’instabilité politique et l’hyperinflation avant de renouer avec une forte mais fragile au cours de la période 2009 -2011 grâce aux réformes entreprises par le gouvernement d’Union nationale et aux exportations minières qui ont progressé de 230 % durant cette période.

La croissance économique a décéléré en 2012 à 4,4 % après une progression de 10,6 % en 2011 plombée par des incertitudes politiques et économiques, la dégradation des infrastructures et un surendettement important. La production du secteur minier, qui représentait 64 % des exportations en 2012, a soutenu cette croissance.

Après avoir connu une période d’hyperinflation (2006-2009) qui a culminé à 156 % en 2008, le Zimbabwe a abandonné son dollar au profit d’un régime multidevises composé du dollar américain, du rand sud-africain, du pula botswanais, de la livre et de l’euro. Ce changement de régime a permis de contenir l’inflation depuis 2010. En 2012, l’inflation a ralenti à 2,9 % contre 4,9 % en 2011.

Le solde extérieur, structurellement déficitaire, a affiché un déficit atteignant -26,2 % du PIB en 2012, une amélioration par rapport à -36,9 % en 2011. Ce déficit structurel est lié au poids des importations d’ du Sud pour compenser les pénuries domestiques ainsi que des exportations non déclarées. La faiblesse des flux de recettes et la hausse des dépenses limitent l’espace budgétaire. Le déficit budgétaire est estimé à -0,7 % en 2012 contre 1,7 % en 2011.

La dette combinée du Zimbabwe envers les institutions financières multilatérales, comprenant le FMI, la Banque mondiale et le Club de Paris, est estimée à 10 milliards de dollars et est  considérée comme une source de vulnérabilité économique.

Les perspectives économiques pour 2013 sont moins favorables, la croissance économique devrait ralentir à 3,2 % en raison de la défiance des investisseurs. L’inflation devrait se redresser pour atteindre 3,1 %.

 

Risques

L’économie de la reste tributaire du secteur minier. Le ralentissement des économies émergentes et ses impacts sur les cours de l’or, la dette ainsi que les tensions politiques constituent le principal risque de la croissance.

 

Indicateurs économiques (variation, niveau et en pourcentage du PIB)

zimbabwe

Indicateurs économiques (niveau , variation et en pourcentage du PIB)
zimbabwe_tab

Laisser un commentaire