Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

Accueil

 REBOND DE L’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE AU NIGÉRIA, CONTRACTION AU KENYA

Kenya_Nigeria_Locator

Au Nigéria, l’activité économique a poursuivi son expansion en juillet à la suite de la hausse de la production et des prix pétroliers. L’économie se redresse progressivement après s’être contractée de 1,5 % en 2016

Au , l’incertitude liée aux élections  et les difficultés d’accès au crédit continuent de peser sur l’activité économique.  Les analystes anticipent un retour de l’indice en territoire d’expansion après les élections si celles-ci se passent pacifiquement.

AFRIQUE SUBSAHARIENNE: RETOUR DU SURENDETTEMENT EN CONTEXTE DE DÉGRADATION DE LA GOUVERNANCE

 

dette-publique

source: gyk-mouvement.com

En utilisant le ratio dette publique rapportée au PIB, le taux d’endettement des pays africains semble relativement gérable, il s’établit à 18,6 % du PIB au Nigéria contre     39 % en , 72 % au et en et 115,2 % au .

Toutefois, le portrait de l’endettement en subsaharienne est moins reluisant lorsque la dette publique est rapportée au PIB du secteur formel. Ainsi, le dette publique s’élève à 53,5 % du PIB formel au Nigéria, à 82,8 % du PIB formel en Tanzanie et à 180 % du PIB formel au Mozambique.

Le rapport CPIA de la Banque mondiale vient de dresser un état des lieux assez préoccupant de la gestion économique, des politiques structurelles, des politiques d’inclusion et d’équité ainsi que de la gestion du secteur public. Selon la Banque mondiale, il y a une dégradation de la qualité des politiques et des institutions, ajoutant qu’il est indéniable que la situation tend à se détériorer.

 

 

RDC : UNE PÉNURIE DE DEVISES ACCOMPAGNÉE D’UNE DÉPRÉCIATION MONÉTAIRE ET DES TENSIONS INFLATIONISTES INSOUTENABLES

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

L’économie congolaise traverse une période difficile,  frappée de plein fouet par la baisse des cours mondiaux de ses principales exportations et par l’instabilité de l’environnement politico-sécuritaire. La économique a ralenti en 2016 pour s’établir à 2,5 % après une hausse de 6,9 % en 2015.

La pénurie des devises aggrave la dépréciation de la monnaie et accroît l’inflation.

LE RETARD DE CROISSANCE CHEZ LES ENFANTS EST EN RECUL PARTOUT SAUF EN AFRIQUE MALGRÉ UNE DÉCENNIE D’EMBELLIE ÉCONOMIQUE

 

IndiceBonheurafricain

Selon les travaux réalisés par le Groupe de la Banque mondiale, l’Organisation mondiale pour la santé (OMS) et l’UNICEF, les retards de croissance chez les enfants de moins de cinq ans en Afrique s’aggravent alors qu’ils sont en recul dans les autres régions du monde. Le nombre de ces enfants est en augmentation continue depuis 1990, passant de 44,8 millions en 1990 à 57,1 millions en 2015. Cette progression s’explique par la croissance de la population et les faibles progrès dans la réduction du pourcentage d’enfants atteints de retard de croissance.

Le développement économique durable des économies africaines repose sur le potentiel humain de l’ensemble des citoyens. Cependant, le retard de croissance des enfants impose des coûts élevés de développement économique, social et humain aux individus, aux ménages, aux communautés et aux pays.

AFRIQUE DU SUD : PREMIÈRE RÉCESSION DEPUIS LA CRISE FINANCIÈRE DE 2009

AfriqueDuSud

Selon l’agence des statistiques de l’Afrique du Sud, l’économie est entrée en récession, contre toute attente, pour la première fois en huit ans, après une contraction de son économie pour un deuxième trimestre de suite. Le produit intérieur brut (PIB) s’est contracté de 0,7 % au premier trimestre de 2017 après un recul de 0,3 % au dernier trimestre de 2016.

Sur un an, le PIB a progressé de 1,0 % au premier trimestre, après une hausse de     0,7 % au cours des deux trimestres précédents.

 

AFRIQUE SUBSAHARIENNE : UNE REPRISE ATTENDUE MAIS INSUFFISANTE POUR AMÉLIORER LE NIVEAU DE VIE DE LA POPULATION

 croissance_éc_Afrique_avril2017

La Banque mondiale, dans son édition de juin 2017 des Perspectives pour l’économie mondiale, anticipe que la croissance économique en Afrique subsaharienne devrait s’accélérer pour s’établir à 2,6 % en 2017 et 3,2 % en 2018.

Selon la prévision de la Banque mondiale, le niveau de vie mesuré par le Produit intérieur brut réel par habitant devrait poursuivre sa contraction en 2017 pour atteindre −0,1 % avant d’enregistrer une croissance modeste de 0,7 % sur la période 2018-2019. La Banque mondiale ajoute qu’à ce rythme, la croissance ne sera pas suffisante pour permettre l’atteinte des objectifs de réduction de la pauvreté.

L’INDICE DU DÉVELOPPEMENT HUMAIN RESTE FAIBLE EN AFRIQUE MALGRÉ UNE DÉCENNIE DE CROISSANCE

IDH_avril2017

L’indice du développement humain de la majorité des pays africains reste faible  

L’Indice de développement humain (IDH) est un indice composite regroupant trois dimensions fondamentales du développement humain : l’espérance de vie à la naissance qui exprime la capacité à vivre longtemps et en bonne santé, la durée moyenne de scolarisation qui exprime la capacité à acquérir des connaissances ainsi que le revenu national brut par habitant traduisant la capacité à avoir un niveau de vie décent. L’IDH a une limite supérieure de 1,0.

Sur le africain, seulement cinq pays se classent parmi les pays ayant un niveau de développement humain élevé. Il s’agit des (63e mondial), (64e  rang), Algérie (83e  rang), (97e) et de la (102e).

 

Laisser un commentaire