Afriquenmemoire Maîtrise de l'Économie, Modernisation des Institutions et Rigueur pour l'Essor de l'Afrique

EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE LES ÉCHANGES COMMERCIAUX ENTRE LES PAYS ONT PLUS QUE TRIPLÉ DEPUIS 1980

Selon une nouvelle étude du Fonds monétaire international (FMI)[1], les échanges commerciaux entre les pays africains ont beaucoup progressé au cours des dernières décennies. Les exportations régionales sont passées de 6 % du total des exportations en 1980 à 20 % en 2016.

L’étude explique cette forte hausse du commerce par l’embellie économique depuis le milieu des années 90, la réduction des tarifs douaniers et le renforcement des institutions.

Toutefois, les auteurs de l’étude ont constaté que la plus grande partie des échanges a lieu à l’intérieur des sous-régions  plutôt qu’entre elles.

De plus, le poids du africain dans les exportations mondiales reste modeste à 2,2 % des exportations totales et elle ne cesse de diminuer depuis 1948 (7,3 %).

Pour améliorer la productivité africaine, la économique et le niveau de vie des populations, les gouvernements africains devraient mettre en place des mesures favorables au commerce entre les sous régions africaines, principalement la réduction des tarifs douaniers, les investissements dans les infrastructures ainsi que la première transformation des produits de base.

Le défi est immense : Comment baisser les droits de douanes sans détériorer les situations budgétaires déjà fragiles dans certains pays? Comment investir dans les infrastructures sans aggraver l’endettement et sans compromettre les dépenses en éducation et en santé?

[1] Regional Spillovers in Sub-Saharan Africa, August 2018

SOMMET DES PAYS DES BRICS EN AFRIQUE DU SUD SUR FOND DE GUERRE COMMERCIALE DÉCLENCHÉE PAR TRUMP

Le dixième sommet des cinq grandes économies émergentes  (Brésil, Russie, Inde, Chine et du Sud) membres des BRICS a débuté à Johannesburg le 25  juillet 2018, avec pour thème « renforcer la collaboration des BRICS en vue d’une inclusive et d’une prospérité partagée ».

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis dominera les échanges

Le contexte du sommet est spécial en raison de la guerre commerciale déclenchée  par l’administration Trump contre la Chine, l’Union européenne, le Canada et le Mexique.

Cette guerre, dénoncée par le Fonds monétaire internationale, risque de ralentir la croissance de l’économie mondiale et celle des économies émergentes, principaux bénéficiaires de la mondialisation du commerce au cours des dernières décennies.

Dans leur déclaration commune du 26 juillet, les dirigeants des pays des BRICS ont dénoncé « des mesures de politique macro-économique prises dans certaines grandes économies avancées qui peuvent causer une volatilité économique et financière dans les économies émergentes et avoir un impact sur leur perspective de croissance».

Les autorités chinoises ont reconnu que les droits de douane imposés par le président américain auront un impact sur la croissance chinoise, qui a déjà légèrement ralenti à 6,7 % au dernier trimestre. Pour faire face aux effets de la guerre commerciale, elles ont décidé de prioriser des mesures de soutien à l’économie, reléguant au second plan la lutte contre l’endettement et les risques financiers.

Quant à l’administration américaine, elle a annoncé une aide d’urgence de 12 milliards de dollars aux agriculteurs américains affectés par les représailles aux tarifs douaniers américains, reconnaissant ainsi les premiers dommages collatéraux du conflit.

Les économies des BRICS, principaux bénéficiaires de la mondialisation

La part des exportations et des importations des pays des BRICS s’est établie à 17 % et à 13,8 % respectivement en 2016. Après avoir enregistré des baisses continues sur plusieurs décennies, passant de 7 % des exportations mondiales en 1948 à 3,9 % en 1983, les exportations des économies des BRICS ont amorcé un redressement à partir des années 90 et la croissance s’est accélérée au début des années 2000, en raison de l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondial du commerce.

Cette guerre commerciale pourra-t-elle affecter la croissance africaine?

Le poids du africain dans les exportations mondiales reste modeste à 2,2 % des exportations totales et elle ne cesse de diminuer depuis 1948 (7,3 %). Toutefois, si la guerre commerciale s’intensifiait, elle pourrait affecter la croissance africaine par le canal du ralentissement de l’économie chinoise et du retrait des investisseurs.